Créer un espace « Safe »

Créer un espace « Safe »

Pourquoi ?

En faisant le constat que le milieu festif est sujet au même titre que les autres milieux à des comportements violents, discriminants et oppressifs, certains festivals ont choisi de mettre en place un espace safe.

Quoi ?

Un espace safe est un espace dédié à l’accueil et à la ressource spécifique dans l’enceinte du lieu festif. Complémentaire à un espace de prévention, l’espace safe permet d’accueillir les personnes exposées à des comportements violents, discriminants et/ ou oppressifs, ayant besoin de calme, d’écoute et d’orientation.

Si vous ne pouvez pas créer d’espace safe, il est important de proposer un point d’écoute à côté d’un stand de prévention, plus en retrait du public, pour mieux accueillir les personnes et leur donner des informations sur leurs droits. Par exemple, l’association Les impudentes vient sur site avec une caravane qui est utilisée comme un espace safe.

Consulter la fiche “Avoir un stand de prévention efficace et attractif”. lien hypertexte

Objectif ? 

L’objectif de la création d’une zone “safe” sur un festival de musique est de proposer un espace  pour informer, écouter et accompagner toutes les personnes qui le désirent autour des questions d’agressions, de harcèlement, de consentement…. Il s’agit d’accueillir les personnes le désirant, en toute bienveillance et sécurité. Cet espace permet à des personnes en état de stress/panique/en état de particulière vulnérabilité de redescendre tranquillement et d’être à l’abri. Cette zone peut être en non mixité et réservée aux femmes.

Comment ?

  • Organiser un partenariat avec des associations de prévention et des personnes formées à l’écoute active (psychologues, personnels de santé, bénévoles ou salarié-e-s formés sur le sujet) pour qu’ils puissent accueillir des personnes sur l’espace “safe”.
  • Si vous n’avez pas la possibilité d’organiser ce  partenariat, il est toujours possible d’accueillir les personnes avec bienveillance et non jugement et de les orienter rapidement vers les structures spécialisées (lien hypertexte numéros utiles).
  • Communiquer sur ce dispositif auprès de toute l’organisation en interne. Il est important que cet espace soit identifié par tout le monde et spécialement les équipes de sécurité, les bénévoles et équipes sur site, les équipes de la croix rouge/protection civile.
  • Communiquer sur ce dispositif auprès du public via les réseaux sociaux en amont et via un affichage sur place. Exemple de messages possibles : Victimes de harcèlement, de discriminations et de violences pendant le festival ? Nous sommes là pour vous aider. Retrouvons nous à la Safe zone (indiquer l’emplacement précis).
  • Sur place, prévoir un endroit au chaud avec du mobilier pour s’assoir ou s’allonger, des boissons fraîches ou chaudes, une trousse de secours…
  • Les personnes formées accueillent le témoignage spontané de la personne, et en cas de volonté de celle-ci, apportent leur aide et soutien pour qu’elle puisse porter plainte.

Points de vigilance

Attention, à partir du moment où le festival communique sur l’existence de la safe zone, il est important d’anticiper l’accueil des personnes en difficulté par une équipe sensibilisée/ formée pour permettre une écoute bienveillante et une capacité de réponse face aux problèmes exprimés. De plus, il faut également mettre en place un service de sécurité aux accès pour savoir qui entre et qui sort de cette zone afin qu’elle demeure vraiment “safe”.

Initiative / Le Hadra Trance festival 

Le Hadra Trance festival a mis en place pour la première fois en 2019 une zone safe en non mixité pour pouvoir améliorer l’accueil des personnes dans le besoin, en partenariat avec les structures Keep Smiling, l’ANPAA 03, Ekinox Rdr et Serein·e·s, cet espace était situé à l’espace « Réduction des Risques » du festival. Le non mixité a du sens puisque ce sont les victimes majoritaires des agressions sexistes et sexuelles.

Des témoignages de femmes ont montré que cet espace était nécessaire et toute l’équipe veut renouveler cet expérience pour une prochaine édition. Cette mise en place nécessite la présence d’équipe formées sur les questions de harcèlement, violence et consentement, de l’investissement de matériel, la présence de psychologues H24 (festival non-stop) pour que la zone safe puisse répondre à tous les besoins, nuit et jour.

Cette action s’inscrit dans une démarche plus large sur les questions d’égalité femmes/hommes (Consulter la fiche “Initier une démarche globale pour accueillir le public de manière safe dans un lieu festif” lien hypertexte) que le Hadra Trance Festival a pu mettre en place grâce à une aide du Centre national de la musique qui permet de financer notamment la présence de psychologues.

Cette fiche a été réalisée grâce à Marie Krumpe Quarré, formatrice au CFCV (Collectif Féministe Contre le Viol) et à Emilie Angenieux du Hadra Trance Festival.

 

En savoir +

Consulter la fiche “Avoir un stand de prévention efficace et attractif”. lien hypertexte

Consulter la fiche “Accueillir une personne victime de violences sexistes ou sexuelles”  lien hypertexte

Affiche Safe zone à la fête de l’huma

Le dispositif au Hadra dance festival

“Où sont les safe spaces dans les festivals montréalais”, Urbania, mai 2019.

“Les festivals se mettent (enfin) à agir contre le harcèlement sexuel”, Les échos, juillet 2018.